Free Culture

Manger beaucoup le soir fait-il grossir ?

Encore une de ces implacables idées reçues! Issue du célèbre dicton : « Il faut faire un petit-déjeuner de roi, un déjeuner de prince et un dîner de pauvre. », cette idée est encore bien ancrée dans les moeurs, selon lesquelles les calories consommées en début et milieu de journée seraient, pour la plus grande partie, éliminées dans la journée, à l’opposé de celles consommées en fin de journée qui seraient directement stockées et à l’origine d’une prise de poids.

La perte ou la prise de poids est uniquement liée à la différence entre les apports et les dépenses énergétiques sur l’ensemble de la journée, et ce quelque soit le moment des prises alimentaires. Si une personne, ayant un besoin énergétique journalier de 2200kcal, ne prenait pas de petit-déjeuner, consommait un déjeuner qui lui apporterait 850kcal, mangeait dans l’après-midi 300kcal, et se régalait avec un dîner de 1050kcal, son poids resterait stable.

L’important est d’être attentif à ses sensations de faim et de satiété. Notre corps est physiologiquement fait pour nous signaler quand nous avons besoin d’énergie (mais aussi de tel ou tel macro ou micronutriment et nous oriente alors vers l’aliment qui permettra de pallier à ce manque).

Aussi, pour pouvoir percevoir tous ces mécanismes et ainsi obtenir un comportement alimentaire principalement sensoriel (c’est-à-dire contrôlé par les sensations et émotions alimentaires), il est nécessaire d’être attentif à son ressenti. Notre comportement alimentaire ne doit pas être uniquement guidé par des règles diététiques trop rigides, qui pourraient nous entraîner vers un comportement alimentaire uniquement rationnel (c’est-à-dire principalement contrôlé par les cognitions : « Je dois manger ceci ou cela car c’est mieux pour ma santé. ») ; souvent à l’origine d’une restriction cognitive, un régime intellectuel. De même si notre comportement alimentaire est essentiellement induit ou modulé par des émotions extra-alimentaires, il devient principalement émotionnel (« Mon patron m’a engueulé. Je mange parce que je suis énervé.« ).

Il n’existe donc aucune règle concernant la répartition des repas. Chaque personne a des besoins différents, à des moments différents. Et ceci peut varier également d’un jour à l’autre en fonction des repas qui ont précédé mais aussi du niveau d’activité physique qui peut varier au fil de la semaine.